mardi 30 septembre 2014

[Photos mises à jour] Padre Fernando Lopez (Brésil): Photos de l'école des soeurs enseignantes

Le Père Fernando, ancien prêtre diocésain ayant rejoint la FSSPX, puis maintenant la Résistance, a fondé l'Institut Notre Dame du Rosaire à Anapolis, qui a également une école au monastère de Santa Cruz

















samedi 27 septembre 2014

Dom Rafael OSB: Lettre aux fidèles (août 2014)


Lettre aux fidèles, août 2014 : Monastère bénédictin San José (Saint Joseph)


+

PAX


Août 2014
Monastère San José (Saint Joseph)
Santa Sofía, Boyacá, Colombia
Colombia


Chers amis et bienfaiteurs,
Nous vous saluons en suppliant notre Très Sainte Mère la Bienheureuse Vierge Marie de vous protéger et de vous combler sans cesse de ses bénédictions.

La crise sans précédent que nous vivons dans l’Eglise et dans le monde actuel nous oblige aujourd’hui plus que jamais à « veiller et prier » pour ne pas être entraînés par le courant infernal qui veut la destruction de tout ce qui est bon et sacré. Les crises sont permises pour châtier les mauvais et les gens sacrilèges, et pour éprouver la vertu et la fidélité des bons. Mais l’épreuve est d’une sévérité d’une telle ampleur que cela nous oblige à prendre toutes les armes que Dieu met à notre disposition et à nous tenir spirituellement prêts au combat.


Mais ce n’est pas tout, la vertu de prudence exige de nous une très bonne connaissance de l’ennemi pour pouvoir lutter efficacement. L’ennemi tient sous son pouvoir et sous sa domination tout le domaine économique, politique et religieux des sociétés modernes. Pour ce qui est de la doctrine et de la morale, l’ennemi est celui qui communique son enseignement en se servant de tous les moyens de communication. Ce sont eux qui décident de nos jours ce en quoi il faut croire et comment il faut agir. Les lignes ennemies sont très avancées, la destruction et les ténèbres n’ont jamais été aussi terribles ni si effrayantes. Devant le panorama si sombre que je viens de vous brosser, nous devons rassembler notre courage pour continuer de vivre dans cette réalité des choses même si cela est la dure réalité, et nous devons nous mobiliser et nous convaincre de la nécessité de « veiller et prier » constamment sans repos. Veiller et conserver les trésors de grâce et de vérité que nous avons reçue, veiller et les défendre, veiller et combattre nos ennemis qui sont ceux de Jésus-Christ. Prier pour que nous restions unis à notre Général et Chef, Jésus-Christ Notre Seigneur ; prier et ouvrir les yeux à notre prochain dans le but de les libérer de la ruse et de la destruction pour les enrôler dans l’armée de Notre Seigneur. Nous devons nous appliquer à vivre dans cette réalité si nous désirons prendre part au triomphe qui est celui de Jésus-Christ et si nous désirons ne pas être trompés. Nous sommes en état de guerre et celui qui souhaite ignorer cet état de fait, nécessairement succombera.



Cette guerre nous oblige à une prudence aiguisée pour ne pas utiliser les armes de l’ennemi, ni sa doctrine ni sa morale ; en nous maintenant éloignés de ses méthodes d’enseignement : les moyens de communications des masses, son esprit libéral et moderniste qui pénètre partout. Nous ne devons jamais traiter aucune mesure de prudence comme étant suffisante. La prière doit être ininterrompue. Ne nous endormons pas, ne nous laissons pas tromper par les illusions de l’ennemi, que l’amour de la vérité, que l’amour à Jésus, Marie, et Joseph nous gardent fermes dans ce combat qui peut être se termine dans le martyr, nous ne le savons pas et Dieu seul le sait, mais l’essentiel est que si nous nous gardons cette attitude de « veiller et prier », dans cette attitude de combat, nous serons prêts avec la grâce de Dieu à donner nos vies pour Lui si nécessaire.


Grâce à votre générosité, les œuvres du monastère ont progressés spirituellement et matériellement. S’il vous plaît, continuez à nous venir en aide pour que nous puissions continuer à combattre le bon combat pour Jésus-Christ et pour vos âmes.

Avec la bénédiction et l’assurance de nos prières quotidiennes pour chacun d’entre vous.

Père Rafael, OSB et la communauté.

Prieur du Monastère San José (Saint Joseph)

Abbé François Chazal: Ceux de 14


Ceux de 14 ...


Espérons qu ils ne se feront pas mener comme des brebis à l'abatoir. Il y a un temps pour se taire et il y a un temps pour parler, un temps pour la paix et un temps pour la guerre.
Il faudrait relire les passages principaux de la conférence du 27 février dernier pour mettre en évidence, une fois de plus, s il était besoin, le double langage, pour ne pas dire la tromperie en cours.

Comme on le voit sur le site un évêque s est levé, les fidèles ont du mal à croire que toute cette oeuvre magnifique qu est la Fraternité est en train de être livrée a l'ennemi, mais c'est bien de cela qu il s agit. 
Ceux de 12 ont réussi a empêcher une telle chose il y a deux ans, mais si ceux de 14 se taisent, la chose se fera certainement tant les négociations sont avancées, les esprits intoxiques ou endormis et la Fraternité purifiée pflugeriennement.

Nous pensons qu il reste encore beaucoup de courage chez nos confrères, et nous pensons que la preuve est faite maintenant, alors qu'on tend la main a ceux qui détruisent tout, voire renient la Sainte Vierge. 
A eux d'agir, non pas pour nous rejoindre, parce que ce n'est pas une fin en soi, mais pour confesser la Foi publiquement et mettre leurs fidèles en sécurité. Nous espérons continuer à reprendre avec eux l'oeuvre de Mgr Lefebvre là où les libéraux de Menzingen l'ont laissée.

In Iesu et Maria, 

Francois Chazal+

vendredi 26 septembre 2014

jeudi 25 septembre 2014

Abbé Pinaud: Lettre à Mgr Fellay (24 juin 2014)

Abbé Nicolas Pinaud

Le 24 juin 2014 saint Jean-Baptiste, martyr de la Vérité 


Monsieur le Supérieur Général,


Le 3 avril 2014, M. l’abbé d’André m’a remis, sans enveloppe, un pli A3, intitulé : Première Monition à M. l’abbé Nicolas Pinaud. Suite aux usurpations d’identité dont j’ai été victime, il ne m’a pas semblé convenable de signer l’accusé de réception qu’il me présentait. 

Si, dans les quinze jours, je n’obtempérais pas aux ordres de cette monition, une deuxième m’était promise. 
En effet, le 14 juin 2014, par l’intermédiaire de mes parents, j’ai reçu cette deuxième monition, qui avait été adressée chez eux. S’il devait y avoir d’autres courriers de ce genre, je vous serais reconnaissant de ne pas les expédier chez mes parents. Il n’est pas difficile de me localiser, puisque votre secrétaire personnel possède mon numéro de téléphone portable depuis le 10 décembre 2013. 
Cette deuxième monition, tout aussi chargée de références canoniques que la précédente (avec mention systématique des canons du code de l’église conciliaire), m’annonce que vous seriez contraint d’instruire un procès pénal administratif pour décréter mon renvoi de la Fraternité si je n’obtempérais pas dans les quinze jours ouvrables à compter de la réception de cette dernière monition. 

Je m’interroge sur l’utilité de l’instruction d’un procès pénal administratif pour décréter un renvoi que la Circulaire du Secrétaire Général n° 2014-01 du 26 février 2014 annonçait déjà ainsi : « Qu’il me suffise de vous indiquer que ne peuvent plus être considérés de facto comme membres de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X, MM. Les abbés Faure, Pinaud et Salenave, qui ont tous pris publiquement position contre les autorités de notre société », et que l’absence de mon nom sur la dernière liste des membres de la Fraternité, jointe au Cor Unum de mars 2014, soulignait encore. 

Ce genre de procédés – comme la réponse faite tout récemment à un fidèle canadien : « Si l’abbé Pinaud me poursuit en Cour, il sera excommunié » – illustre parfaitement l’atmosphère dans laquelle vous avez installé la Fraternité depuis plusieurs années. 

Ces deux monitions me rappellent : 

- l'obligation spéciale à laquelle les clercs sont tenus de témoigner respect et obéissance à leurs Supérieurs. 
J’en suis bien conscient mais je sais également que l’obéissance n’est pas une vertu absolue et que se soumettre à l’arbitraire peut ne pas être vertueux. Les vertus morales doivent être pratiquées à la lumière des vertus théologales ; en particulier l’obéissance doit être pratiquée à la lumière de la foi. 

- l'obligation des membres d'habiter dans une maison de la Fraternité en gardant la vie commune. 
Si M. l’abbé Wailliez n’avait pas « hacké » la boîte courriel de M. l’abbé Rioult, je serais encore dans une maison de la Fraternité et probablement à Couloutre, sans y garder la vie commune puisque j’y étais seul. 

- le caractère notoire et la nature grave de votre rébellion... 
Cette accusation a été abordée lors de mon procès. Je l’ai réfutée très précisément lors de ma comparution le 19 octobre 2013. À ce jour, aucune vraie réponse n’a été donnée à cet argument essentiel de ma défense qui déclarait qu’être séditieux, c’est porter atteinte à l’unité en ne respectant pas le droit et le bien commun. 

Qui a porté atteinte à l’unité de la Fraternité ? Quelles sont les actions qui ont dressé une partie de la Fraternité contre l’autre ? 
  • Le non-respect des prescriptions du Chapitre de 2006. 
  • L’abandon du bien commun de la Fraternité sous la pression romaine, tel qu’il est exprimé par la lettre du 14 avril 2012 du Conseil Général de la Fraternité aux trois évêques. 
  • La Déclaration du 15 avril 2012, tenue cachée pendant un an aux membres de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X. 
  • Enfin, les nombreux exemples d’ambiguïtés et de double langage, qui discréditent l’autorité. 
Voilà ce qui a détruit l’unité de la Fraternité en portant atteinte à son bien commun et à son droit exprimé par le Chapitre de 2006. C’est là, et nulle part ailleurs, qu’il faut chercher l’entreprise séditieuse. 
« Quant à ceux qui défendent le bien commun en leur résistant, ils ne doivent pas être appelés séditieux » II II q. 42 a. 2 c. 

- l'apostolat exercé d'une manière indépendante et personnelle, sans provision canonique et au mépris des lois de l'Eglise. 
Il m’avait été enseigné au séminaire que notre provision canonique, la vôtre et la mienne, était fondée sur la demande des fidèles en raison de l’état de nécessité. 
Les fidèles qui ont sollicité mon ministère sacerdotal l’ont fait parce qu’ils ont perdu confiance en vous en raison de votre refus obstiné de reconnaître que votre déclaration du 15 avril 2012 est contraire au combat de la foi. En d’autres termes, ces fidèles ont constaté un état de nécessité au sein même de la Tradition. 
Dois-je les abandonner ? 

- le mépris affiché publiquement de la peine médicinale de suspense dont vous faites pourtant l'objet depuis le 8 décembre 2013. 
Mgr Lefebvre a méprisé une suspense venant des modernistes, ne puis-je pas mépriser une suspense infligée par des libéraux qui ont trahi le combat de la foi ? 
De plus, cette « sentence est nulle parce que la coopération formelle qui [m’]est reprochée est inexistante », ainsi que l’a dit et écrit Mgr Tissier de Mallerais, à plusieurs reprises. 


Comme la première, cette deuxième monition s’achève par cette phrase rassurante : « Conformément aux canons précités, vous avez le droit de vous défendre. » 

Est-ce bien vrai ? 
A-t-on seulement lu ma longue défense ? Le témoignage de M. l’abbé Rioult était, à lui seul, suffisant pour que ce procès aboutisse à un non-lieu. 
Ce procès a jugé ma pensée, puisque je ne m’étais jamais exprimé publiquement. Je suis donc condamné pour avoir pensé et ma peine prendra fin lorsque je ne penserai plus ! 

A l’occasion des 25 ans de l’école de Domezain, vous avez répondu à l’une de mes anciennes fidèles : « Que l’abbé Pinaud demande pardon et il sera réintégré. » 
Il me semble improbable qu’il s’agisse de demander pardon pour les quelques noms d’oiseaux qui vous qualifiaient dans des messages strictement privés et dont vous avez pris connaissance suite à un piratage. 

S’agirait-il donc de demander pardon pour avoir pensé ?
  • Pour avoir pensé qu’il était « stupide » d’affirmer que le « concile Vatican II est bon à 95% » ?
  • Pour avoir pensé que c’est « une illusion grave de vouloir rallier l’église conciliaire pour la convertir » ? 
  • Pour avoir pensé que c’est « un faux prétexte de dire : si nous continuons comme ça séparés des autorités de l’Église, nous deviendrons une secte schismatique » ? 
Oui, j’ai pensé tout cela. Je le pense toujours et n’ai nullement l’intention de vous en présenter la moindre excuse. D’ailleurs, tout cela, Mgr Tissier de Mallerais le prêchait à Angers à la chapelle Saint-Pie X, le 4 mai dernier, et il n’a pas été inquiété, que je sache. 
Quelques jours après la publication de l’Adresse aux fidèles, M. l’abbé de Cacqueray, qui s’était entretenu avec vous pendant deux heures au téléphone, confiait aux fidèles de Mantes-la-Jolie dans sa conférence du 26 janvier 2014 votre intention de poser des actes qui favorisent une réconciliation : « Mgr Fellay, il me l’a dit, va faire tout son possible pour que les choses n’en restent pas là. Je crois que c’est dans ses intentions. » (01:22:50) 

Quels sont ces actes ?
Mon exclusion et celles de mes confrères ? 

Monsieur le Supérieur Général, ne cachez pas votre volonté de m’exclure sous des dehors de légalité, car je ne regrette rien, à l’exception de quelques outrances de vocabulaire. 

Vous prétendez m’exclure de la Fraternité. Mais de quelle Fraternité ? 
  • D’une Fraternité dont le premier assistant a prêché cette retraite scandaleuse aux Frères du district de France à Noël 2013, sans être sanctionné. 
  • D’une Fraternité dont un supérieur a pu faire participer tout son district à la prière œcuménique de François sans que ce scandale soit réparé. 
Etc.
  • « D’une Fraternité sans charité fraternelle ni unité doctrinale », comme vous l’écrivait l’un de nos confrères, car peut-on encore appeler Fraternité une société dont les supérieurs violent vos courriers, usurpent votre identité, et qui, en guise de sollicitude à l’égard de leurs subordonnés, usent de procès de type stalinien ? 
Monsieur le Supérieur Général, c’est vous qui êtes à l’origine de cette crise grave ; mais si vous aviez vraiment souhaité la réconciliation, elle était aisée. Pour quelle raison ne l’avez-vous pas voulue ? 

Tout en refusant de m’incliner devant votre tyrannie, Monsieur le Supérieur Général, je ne manque pas de prier quotidiennement pour vous, « sans aucune amertume ni aucun ressentiment ». 

Abbé Nicolas Pinaud

Doutes sur quelques idées du forum Un évêque s'est levé

Lucile écrit dans un fil au sujet de la rencontre de Mgr Fellay avec le cardinal Muller:

Vous dites que pouvons-nous faire ? La même chose que ce que certains ont déjà fait depuis longtemps, et au moins depuis 2012: protester, montrer nos désaccords, écrire sur les forums qui sont lus partout et par tous... Le seul forum anti-ralliement vraiment lu c'est Un Evêque s'est levé!Regardez les statistiques: index.php C'est en bas de cette page. Hier il y a encore eu un record d'affluence avec 196 visiteurs en même temps... Pourquoi vous croyez qu'il y a eu tant de monde ? Parce que notre opinion compte!
Si vous montrez que vous avez quitté la FSSPX, qu'est-ce que vous voulez que votre opinion lui fasse à Mgr Fellay ? Vous êtes parti ailleurs, tant mieux, vous avez débarrassé le plancher.C'est l'opinion de ceux qui veulent rester dans la Fraternité qui comptent pour eux et qui sont prêts s'il le faut à ne pas laisser partir les écoles, les chapelles etc..
Si vous ne comprenez pas ça, désolée, mais ce n'est pas avec de tels soldats que les guerres se gagnent.
Voilà, je n'ai rien à ajouter. Que ceux qui veulent comprendre, comprennent.

Nous sommes bien malheureux de ne pas comprendre, malgré toute notre bonne volonté. 

Nous sommes sans doute stupide, mais avançons quelques éléments qui permettront de nuancer le propos de Mme Lucile. 

1) Que pouvons nous faire ?

 La même chose que ce que certains ont déjà fait depuis longtemps, et au moins depuis 2012: protester, montrer nos désaccords, écrire sur les forums qui sont lus partout et par tous...
Que Lucile nous réponde, mais ont ils pu empêcher l'enseignement d'Ecône sur le nouveau code, notamment ? Ont ils empêché l'usage allant en se généralisant de ce code moderniste ? Ont ils réussi à évincer des postes importants les prêtres ouvertement libéraux: des prêtres ont demandé la démission de l'abbé Pflugger suite à la scandaleuse retraite qu'il a prêché aux frères
Je ne nie pas que les prêtres doctrinalement solides de la FSSPX fassent du bon travail ? Mais que peuvent ils proposer aux aspirants au sacerdoce face à la libéralisation de l'enseignement dans les séminaires de la FSSPX ? et dans les écoles, si le directeur est libéral, je vois mal ce que peuvent faire les parents si ce n'est limiter la casse (mais la libéralisation est freinée, non arrêtée...)

Et puis ces prêtres font ils tout leur travail ? 

Ils en font du bon, d'accord. Mais leur rôle est de prémunir les fidèles contre les erreurs et les fauteurs d'erreurs, et surtout les plus dangereux. 
Or les plus dangereux sont les plus discrets, comme le rappelait Mgr de Castro Mayer, car on tombe plus facilement dans leurs erreurs. 
Aujourd'hui ces ennemis masqués, ces "chaises à trois pieds", ce sont Mgr Fellay, ses assistants, et ces prêtres ralliés en fait, sinon en droit ?

Et pourtant, il y a bien peu de prêtres de la FSSPX qui osent s'opposer publiquement à la nouvelle ligne de la FSSPX, laissant croire à leurs fidèles qu'il n'y rien de vraiment bien grave ... En fait, ils servent inconsciemment Mgr Fellay et sa politique. 

Exemple: 
l'abbé de Caqueray dans sa conférence de Mantes la Jolie le 26 janvier 2014, disant aux fidèles que la crise est le résultat d'une grande équivoque" ...

2° Les prêtres sortis ne gênent pas Mgr Fellay ?

Si vous montrez que vous avez quitté la FSSPX, qu'est-ce que vous voulez que votre opinion lui fasse à Mgr Fellay ? Vous êtes parti ailleurs, tant mieux, vous avez débarrassé le plancher.
Excusez moi, mais si les prêtres sortis de la FSSPX ne gênent pas Mgr Fellay, pourquoi cherche-t-il à les retenir par sa langue de bois. 
Qui sont les plus gênants entre les prêtres de l'USML et de la FSSPX Compagnie de Marie qui lui prennent peu à peu les fidèles qui ouvrent les yeux, ouvrent des séminaires, des écoles...
Actuellement la "Résistance", certes encore peu nombreuse a des prêtres sur tous les continents, et peu à peu arrive à lutter partout contre les dérives libérales de la FSSPX... 


Encore une fois, je n'entends pas dénier toute efficacité à des prêtres lucides et fermes comme l'abbé Storez (son dernier bulletin sur les ralliés) ou l'abbé Barrère (Pélican de l'été 2014). 
Mais Mgr Fellay sait bien que s'il bouge un peu trop, la "Résistance" va croître et il ne le veut pas...





Jean Marie Guénois: Le Vatican et les Lefebvristes reprennent les négociations

Source: Le Figaro et Tradinews


Alors que les tentatives de trouver un accord avec les Lefebvristes menées avec l'appui de Benoît XVI se sont soldées par un échec, le Saint-Siège vient de reprendre contact avec cette branche dissidente des catholiques.

La nouvelle était dans l'air, elle est maintenant confirmée: Mgr Bernard Fellay, supérieur de la Fraternité Sacerdotale Saint Pie X a été officiellement reçu au Vatican mardi 23 septembre par le Préfet de la congrégation pour la Doctrine de la Foi, le cardinal Gerhard Müller.

C'est la première fois depuis l'accession du pape François, en mars 2013, que le chef de file des Lefebvristes reprend ainsi contact avec Rome alors qu'il ne s'est pas privé de critiquer le nouveau pape, très éloigné du style traditionnel et qu'il a décliné la main tendue par Benoît XVI jusqu'à la dernière minute de son règne.

Malgré ce contexte, le communiqué publié mardi par le Vatican est extrêmement positif. Il indique que l'entretien a duré deux heures. Qu'il s'est déroulé dans un «climat de cordialité». Et surtout qu'à l'occasion de l'examen de «quelques problèmes doctrinaux et canoniques» les deux parties ont «l'intention» de «procéder par étape et dans un délai raisonnable au dépassement des difficultés». Avec «la perspective désirée d'une pleine réconciliation».

Le ton du communiqué et sa conclusion rappelle ceux qui furent publiés au cours du pontificat de Benoît XVI.

Ce pape comme aucune autre mit tout en œuvre - ce fut pourtant l'un des échecs de son pontificat - pour atteindre cet objectif. Il accéda aux demandes des Lefebvristes: rétablissement de la messe dite en latin au titre d'un rite extraordinaire, levée de excommunications pour les évêques ordonnés par Mgr Lefebvre dont Mgr Fellay mais aussi le fameux Mgr Williamson.

Mais ceux-ci refusèrent finalement de réintégrer l'Église catholique dans le cadre d'une structure spécifique que Rome voulait créer pour eux. Il est vrai qu'une bonne partie des fidèles de la Fraternité Saint Pie X était fermement opposée à cette perspective.

Contre toute attente - car le pape François n'a jamais fait part d'une sympathie particulière pour ce mouvement qui conteste radicalement les orientations du Concile Vatican II - il semble que les négociations vont donc reprendre. Jamais en effet le Vatican n'aurait publié un communiqué aussi optimiste si la réunion de mardi s'était mal passée.

mercredi 24 septembre 2014

Abbé Barthe: La Fraternité Saint-Pie-X en état de « réconciliation imparfaite »

Source: Tradinews et l'Homme nouveau

Au lendemain de la rencontre à Rome du cardinal Müller, préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la foi et de Mgr Fellay, supérieur de la Fraternité sacerdotale Saint-Pie X, l'abbé Claude Barthe a bien voulu nous donner son analyse de cet événement et de ses possibles répercussions. 
Vers la reconnaissance canonique ?
C’est donc hier, mardi 23 septembre, qu’au Palais du Saint-Office (congrégation pour la Doctrine de la foi), s’est déroulé l’entretien annoncé sans date entre le cardinal Müller, Préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la foi et Président de la Commission pontificaleEcclesia Dei, et Mgr Fellay, Supérieur général de la Fraternité sacerdotale Saint-Pie-X (FSSPX). Étaient présents à l’entretien : du côté de la Congrégation, Mgr Pozzo, Secrétaire de la Commission Ecclesia Dei, Mgr Ladaria, Secrétaire de la Congrégation pour la Doctrine de la foi, et Mgr Di Noia, Secrétaire-adjoint de la CommissionEcclesia Dei ; et du côté de la FSSPX, les deux assistants de Mgr Fellay, les abbés Pflüger et Nély. La reconnaissance canonique de la FSSPX, si elle intervenait dans les temps qui viennent, ne présenterait plus l’aspect et l’intérêt de tremblement de terre qu’elle aurait revêtu à l’intérieur de l’Église, à la fin du pontificat de Benoît XVI. En revanche, elle est devenue paradoxalement bien plus facile à réaliser, dès l’instant que le Pape actuel – c’est le moins que l’on puisse dire – n’a pas la réputation de traditionalisme qu’avait son successeur.
Plusieurs commentaires peuvent être faits :
- On note l’espèce de solennité donnée à la rencontre par le Saint-Siège qui, après avoir conservé un secret hermétique sur le jour de sa tenue, l’a fait suivre d’un communiqué officiel à la Salle de Presse, en forme de document diplomatique aux termes dûment pesés.

- Le second est le retour sur le devant de la scène de la petite Commission Ecclesia Dei et de son Secrétaire, Mgr Pozzo. Des fuites ayant fait connaître la brève entrevue de Mgr Fellay avec le Pape, à la Maison Sainte-Marthe, il y a plus de six mois, les observateurs avaient conclu que des discussions visant à donner un statut canonique à la FSSPX, interrompues en juin 2012, s’étaient à nouveau établies. Le très ratzinguérien Mgr Pozzo s’avère en être l’artisan efficace, n’ayant pas hésité, dit-on, à payer d’audace en certaines occasions.

- Le contenu du communiqué d’aujourd’hui reprend d’ailleurs presque mot à mot celui de 2005. En 2005 « La rencontre s’est déroulée dans un climat d’amour pour l’Église et de désir d’arriver à la communion parfaite. Quoique conscients des difficultés, il a été manifesté la volonté de procéder per gradi, par étapes, et dans un temps raisonnable ». Aujourd’hui : « On s’est mis d’accord pour procéder per gradi et dans un temps raisonnable vers le dépassement des difficultés et vers l’avènement souhaité de la pleine réconciliation ». On note la différence : la qualification du statut théologique de la FSSPX fait l’objet d’un concept élaboré pour l’occasion. On ne parle plus pour elle d’arriver à « la pleine communion », en l’assimilant par le fait, peu ou prou, aux communautés séparées auxquelles est réservée l’expression (à tort d’ailleurs, car la communion ne souffre pas de degrés) de « communion imparfaite ». Mais le communiqué dit que la FSSPX doit retrouver la « pleine réconciliation ». La FSSPX, déjà en pleine communion, n’est pas encore en pleine réconciliation.

- À ce propos, on se souvient que le cardinal Castrillón, lorsqu’il était en charge du dossier, tenait à affirmer que la FSSPX n’était aucunement schismatique. On peut faire l’hypothèse, connaissant le mode de fonctionnement de la gouvernance du Pape François, qui aime doubler les circuits officiels d’information de la Curie par les siens propres, que le long rapport oral fait par le cardinal Castrillón sur ce dossier auprès de lui, en octobre 2013, avait eu un grand poids.

- L’aspect le plus important dévoilé par le communiqué de ce jour est « politique ». Il est clair que Mgr Pozzo n’a pu agir, dans cette nouvelle phase jusqu’à ce jour très discrète, qu’avec l’aval exprès du Pape. Selon les usages du Saint-Siège, et sous le Pape François plus que jamais, un communiqué de cette nature reçoit son approbation personnelle avant publication. Si l’on ajoute que, lors d’une récente réunion dite « secrète » de la Conférence épiscopale italienne (CEI) présidée par le Pape, c’est-à-dire une des réunions de la CEI qui ne donnent pas lieu à informations à la presse, le Pape, en réponse à une question épiscopale, a affirmé que la réglementation concernant le Motu Proprio Summorum Pontificum (la Lettre apostolique et l’Instruction d’application) restait en vigueur, on peut dire qu’on se trouve ici en présence de la part « de continuité » du présent pontificat avec celui de Benoît XVI. François le « progressiste » ne serait pas fâché de réussir où a échoué Benoît l’« intégriste ».

- Il reste que le point majeur reste enveloppé d’un profond mystère, inconnu qu’il est de tous, y compris sans doute des plus proches : qu’est-ce que Mgr Bernard Fellay désire faire ou, ce qui revient au même, qu’est-ce qu’il s’estime en mesure de faire ?

Mgr Pozzo aurait été reçu à Econe avant la réunion de septembre


Lefebvristes : Mgr Fellay reçu au Vatican en vue d’une « pleine réconciliation »

ARTICLE | 23/09/2014 | Par I.Media
Mgr Fellay à Paris
Mgr Bernard Fellay, en mars 2013 à la chapelle Notre-Dame de la Consolation à Paris.
©P. RAZZO – CIRIC
Alors que les relations entre Rome et les lefebvristes semblaient au point mort depuis le milieu de l’année 2012, le supérieur de la Fraternité Saint-Pie-X a rencontré le 23 septembre le préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi.
Le supérieur de la Fraternité Saint-Pie-X (FSSPX), Mgr Bernard Fellay, a été reçu pendant deux heures au Vatican dans la matinée du 23 septembre par le cardinal Gerhard Ludwig Müller, préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi (CDF), a indiqué le bureau de presse du Saint-Siège. Cette rencontre « dans un climat serein » a officiellement permis d’examiner « certains problèmes d’ordre doctrinal et canonique » et de décider de« procéder graduellement et en des temps raisonnables pour le dépassement des difficultés et l’aboutissement espéré d’une pleine réconciliation ».
Lors de cette réunion, le chef de file des lefebvristes est venu avec ses deux assistants, le Père Nikolas Pfluger et le Père Alain-Marc Nély. Le préfet de la CDF était quant à lui accompagné du secrétaire de la congrégation, Mgr Luis Ladaria, du secrétaire adjoint, Mgr Augustine Di Noia, et du secrétaire de la Commission pontificale Ecclesia Dei, Mgr Guido Pozzo.
La poursuite du dialogue voulue par le pape François
« Après un temps assez long sans contact, a précisé par la suite le directeur du bureau de presse du Saint-Siège, il s’agit d’une reprise des contacts, dans un climat serein et cordial, avec l’intention de poursuivre dans une perspective positive. » « Le dialogue se poursuit, espérons qu’il porte des fruits positifs », a seulement ajouté le Père Federico Lombardi, devant une poignée de journalistes.
De fait, c’est le pape François lui-même qui a souhaité que le dialogue ne soit pas rompu. Alors que les relations entre Rome et la FSSPX semblaient au point mort depuis le milieu de l’année 2012, et que les discussions autour d’un préambule doctrinal avaient échoué, Mgr Fellay était venu au Vatican en décembre 2013. Il avait alors rencontré Mgr Guido Pozzo et Mgr Augustine Di Noia, alors vice-président de cette commission. À cette occasion, alors qu’il déjeunait à la maison Sainte-Marthe avec ses hôtes, Mgr Fellay avait très brièvement salué le pape François.
Mgr Guido Pozzo se serait rendu par la suite à Écône (Suisse) à la rencontre des responsables de la FSSPX afin de poursuivre le dialogue encouragé par le Saint-Père. Ce 23 septembre, c’est très officiellement que Mgr Fellay a donc été reçu par le cardinal Müller, pour la première fois depuis la nomination du haut prélat allemand à la tête de la CDF en juillet 2012.
Début 2013, avant l’élection du pape François, Rome avait jeté de nouvelles bases pour une reprise du dialogue en vue d’un retour des lefebvristes dans la pleine communion. Après l’élection du pape argentin, les responsables de la FSSPX n’avaient cependant pas caché leurs craintes, et la famille fidèle à Mgr Marcel Lefebvre (1905-1991) est aujourd’hui traversée par des courants divers, dont certains favorables à un rapprochement avec Rome.
I.Media

mardi 23 septembre 2014

Rencontre de Mgr Fellay et Mgr Muller le 23 septembre


Traduzione in lingua francese: 

Ce matin, le Préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi s'est entretenu pendant deux heures avec Mgr.Bernard Fellay, Supérieur de la Fraternité sacerdotale St.Pie X, accompagné par ses Assistants l'Abbé Nikolaus Pfluger et l'Abbé Alain-Marc Nély. Le Cardinal Gerhard Ludwig Müller était accompagné du Secrétaire et du Secrétaire adjoint du dicastère, les Archevêques Mgr.Luis Francisco Ladaria Ferrer, SJ, et Mgr.Joseph Augustine Di Noia, OP, ainsi que de l’Archevêque Mgr.Guido Pozzo, Secrétaire de la Commission pontificale Ecclesia Dei.

Les parties, qui ont examiné certaines questions d'ordre doctrinal et canonique, ont convenu de procéder par paliers mais dans un délai raisonnable vers le dépassement des difficultés. Et ce dans la perspective désirée d'une pleine réconciliation.




Ajout 23 septembre à 17h45: 

Communiqué de la Maison générale:


vendredi 19 septembre 2014

Expusion de l'abbé Pinaud: tous les documents


Introduction de la Sapinière: 


Le 12 juillet 2014, Mgr Fellay a signé le décret de renvoi de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X de M. l’abbé Pinaud. Cette procédure, commencé le 7 mars 2013, a nécessité l’intervention de M. l’abbé Wuilloud comme juge et de onze confrères… comme notaires !
Rappelons leurs noms pour l’histoire : l’abbé Thouvenot, l’abbé Bétin, l’abbé Vonlanthen, l’abbé Odermatt, l’abbé Quilton, l’abbé Petrucci, l’abbé Weber, l’abbé Frey, l’abbé d’andré, l’abbé Raphaël Granges, l’abbé Billoni.
Les faits : la correction de quelques fautes orthographiques dans un document adressé en privé pour avis privé.
La sentence : Une suspense a divinis pour une durée indéterminée après huit mois de suspense de ministère accompagnée d’une interdiction de fréquenter les maisons de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X.
L’ensemble des pièces de cet ineffable procès sont accessibles depuis la publication du livre de M. l’abbé François Pivert : ‘Quel droit pour la Tradition catholique’ qui en est à sa deuxième édition et toujours disponible.
Il manquait cependant la communication des derniers évènements qui ont abouti à l’exclusion de M. l’abbé Pinaud. Ce sont ces derniers documents que publie aujourd’hui la Sapinière. Et pour bien les juger, il convient d’avoir en mémoire deux interventions récentes :
a) Mgr Fellay
Dans le § VI de la dernière Lettre aux Amis et Bienfaiteurs de juin 2014, Mgr Fellay dit que le nouveau Code est une expression des nouveautés conciliaires : « Selon les dires mêmes de Jean-Paul II, le nouveau Code de droit canon de 1983 représente un grand effort pour traduire en langage canonique les enseignements du concile Vatican II,… ».Et cependant c’est ce code de droit canon de 1983 qui a été utilisé pour la condamnation de M. l’abbé Pinaud.
b) M. l’abbé de Cacqueray
M. l’abbé de Cacqueray, sur La Porte Latine, le 12 août 2014, prenant ses illusions pour des réalités, a osé tenir les propos qui suivent. Le style oral a été conservé pour manifester l’assurance de l’orateur.
« J’espère de tout cœur, qu’étant donné, je crois qu’il n’est du tout d’actualité pour la Fraternité de tenter quoi que ce soit avec un pape tel que je viens d’en parler, un peu,que ce serait, que c’est impossible et bien j’espère que certains de ces prêtres et de ces fidèles considèreront, reconnaîtront, que après des moments difficiles, la Fraternité reste fidèle à la ligne qui est la sienne et le reconnaissant, et bien que nous de notre côté nous aurons, voilà, la compréhension, voilà, la bénignité pour réaccepter,sans rien dire, parmi nous les prêtres qui sont partis, parmi eux bien sûrs, je les connais, ce sont des frères d’armes, des prêtres de valeurs qui n’ont pas démérités dans leurs d’apostolat tout au long de ces années et donc c’est triste de les avoir vus partir etj’espèrej’espère que si tout n’a été qu’une équivoque entre, entre, entre la fraternité et eux et bien que cette équivoque sera vraiment résolue, c’est ce que j’espère de tout cœur. »
Trois jours après ces paroles, avant de quitter ses fonctions de supérieur du district de France, M. l’abbé de Cacqueray a eu le courage d’envoyer une monition canonique à M. l’abbé Pivert « ce frères d’armes qui n’a pas démérité dans son d’apostolat » en vue de son exclusion de la Fsspx.
Voici maintenant, pour l’histoire, les derniers documents en cette affaire et la dernière et particulièrement éclairante lettre de M. l’abbé Pinaud à Mgr Fellay.

jeudi 18 septembre 2014

Pélerinage au Laus 20 et 21 septembre


Les 20 et 21 Septembre aura lieu le pélerinage au Laus, avec le Père Marie Dominique OP

Pour tous ceux qui ne peuvent y aller, ayons à coeur de nous y unir par la prière et le sacrifice.

Pour ceux qui y vont, le blog Reconquista sera heureux de publier des photos si vous nous en envoyez. Merci d'avance.

Il serait bon que le sermon et la conférence soient enregistrés pour être diffusés, afin que plus de monde puisse en profiter. 

mardi 16 septembre 2014

Colloque sur Saint Pie X: Pascendi, à Paris les 11 et 12 octobre

Saint PieX 

L’encyclique « Pascendi Dominici gregis », hier et aujourd’hui 


Journées d’ étude samedi 11 et Dimanche 12 octobre 2014, à Paris 


Avec S.E. Monseigneur Richard 
WILLIAMSON 
Et M. l’abbé François PIVERT 

Pour les messieurs et sur inscriptions (nombre de places limité) 
Merci de laisser vos coordonnées complètes avant le 30 septembre : 

samedi 13 septembre 2014

Mise au point au sujet du forum Un évêque s'est levé.

L'article publié sur le blog Avec l'Immaculée au sujet de Mgr Lefebvre, semble avoir été le prétexte pour Gentiloup et certains intervenants du forum Un évêque s'est levé pour une nouvelle (et énième) vague d'attaque contre les prêtres dits "résistants", selon le terme qui s'est imposé au cours des deux années écoulées.
Il convient donc d'apporter les précisions suivantes, dont nous serons reconnaissants que Gentiloup et nos détracteurs prennent acte:

1°) Concernant la position de la "Résistance" vis à vis de Mgr Lefebvre, l'article incriminé n'engage que son auteur et en aucun cas les prêtres de la FSSPX-Compagnie de Marie, de l'USML ou indépendants.
Un communiqué de l'abbé Chazal a déjà été publié, il semble assez clair.

2°) L'abbé Chazal nous prie de publier une nouvelle mise au point concernant Mgr Lefebvre:
Peut être faudrait il préciser, avec tout ce découpage de cheveux en quatre de IDS, que au final, Mgr Lefebvre a éloigné son troupeau de la Rome moderniste; tout le contraire de Mgr Fellay. Qu'il ait pu tatonner ca et la, n en fait qu un etre humain, un Saint humain, comme Ste Jeanne d Arc, St Pierre. Dieu les prefere comme ca.
Ce qu on demande à un évêque, c'est de sauver son troupeau, et cela mgr Lefebvre l a fait. 
Ce sont les actions (ouverture d Ecône, Confirmations, Ordinations,  Sacres) qui parlent le plus fort chez Mgr Lefebvre.
Discuter avec un négateur de la Virginité de Marie, dans le contexte d'une Rome encore plus avariée par l'hérésie, et maintenant par le péché contre nature, me fait froid dans le dos. La situation a Rome a changé, la nouvelle Rome est a la fois bien plus pourrie, et encore plus trompeuse (nous bénéficions de 26 ans de tromperies romaines supplémentaires), de telle sorte qu on a du mal à comparer la situation de Mgr Lefebvre avec celle de Mgr Fellay.
Enfin, Mgr Lefebvre n a jamais persecuté les opposants aux accords, il les a écoutés et protégés; et il a même adopté leurs conseils.
Fc+

3°) Dans un post publié le 12 septembre 2014, Gentiloup a écrit:
Introduction en forme de petit historique 
J'ai déjà fait une rapide mais énergique réfutation des accusations outrageantes qu'InDominoSpéravi avait lancé contre Mgr Lefebvre, je l'avais fait, je le rappelle, dans le silence abyssal de la Résistance. A un prêtre de la Résistance (qui se reconnaîtra) , qui m'avait signalé dans la foulée, qu'IDS les avait supplié de ne surtout pas appeler leur Union Sacerdotale du nom de Marcel Lefebvre, j'avais dit qu'il fallait qu'ils (les prêtres de l'USML) se démarquent haut et fort de cette caisse de résonance désastreuse pour eux. Cela n'a malheureusement pas été fait. L'abbé Chazal qui l'avait fait quelques temps plus tard, a repris langue avec elle depuis, d'après le blog... Pourquoi ménager une telle tribune? Lorsqu'on reproche à longueur d'interventions aux prêtres de la Fraternité de ne pas assez clamer haut et fort la vérité, il faudrait au moins être irréprochables, même au risque de perdre quelques fidèles ou donateurs. 
Passons sur la "rapide et énergique réfutation" qui, pour être forte, n'avait de réfutation que la prétention louable, cette dernière manquant d'arguments raisonnables...
Gentiloup critique le "silence abyssal de la Résistance" suite à cet article, publié le 15 juillet 2014. Elle reconnait par la suite que l'abbé Chazal a fait une mise au point qu'elle considère comme tardive.
Nous voudrions lui faire remarquer les points suivants:
a) Dans une vidéo mise sur Youtube le 15 juillet, d'un sermon donné un ou deux jours avant (certes en anglais), l'abbé Chazal avait déjà annoncé qu'il était obligé de prendre ses distances avec IDS.
b) La mise au point considérée comme tardive par GL, n'a été publiée effectivement que le 29 juillet. Mais la mise en question a d'abord été diffusée par mail, puis a été publiée sur Filii Mariae le 25 juillet, soit moins de trois jours après celle de GL (22 juillet à 17 h30).
Vu  l'occupation des prêtres de la Résistance pour leur apostolat dans le monde, il est tout à fait compréhensible qu'ils ne se précipitent pas réfuter un article. Les âmes dont ils ont la charge sont sans doute plus importantes.

Enfin, comment Gentiloup peut elle dire que l'abbé Chazal a repris langue avec le blog ? le blog ne le dit pas, et la publication de vidéos postées également sur d'autres sites ne signifie rien. 

4°) Une phrase du communiqué de l'abbé Chazal a pu être mal interprétée:
Contrairement à ce que fait supposer le blog avec l'Immaculée, reprise elle même par Gentiloup, les prêtres de la résistance ne sont que de simples prêtres qui continuent la ligne fixée par Mgr Lefebvre.

Il ne s'agit pas de fautes de traduction comme l'a bienveillamment pensé Laudetur Iesus Christus [Le communiqué a été rédigé en français par l'abbé Chazal, mais sur un clavier prévu pour la langue anglaise].  L'abbé Chazal voulait simplement dire que Gentiloup, dans ses attaques incessantes contre les prêtres de la Résistance fait supposer que ceux ci sont infidèles à Mgr Lefebvre, tout comme IDS, mais d'une autre manière. 
Simple exemple: 
dans le vide abyssal régnant (et parfois complice) [C'est nous qui soulignons NDLR]

Nous remercions au passage Aupiedelacroix pour son "race de vipères".  Elle devrait pourtant savoir que lorsqu'un communiqué est publié, l'administrateur du site n'a pas nécessairement à se permettre de modifier le texte... Cela lui échappe manifestement. 

5°) On a également pu lire sur ce même forum
Je trouve curieux que les prêtres de la Résistance aient eu besoin de l'avis de l'abbé Pivert pour donner de la consistance à leur avis, à savoir à quoi s'en tenir en ce qui concerne Mgr Lefebvre mis en cause par IDS
Il est évident que les prêtres n'ont pas eu besoin de l'avis de l'abbé Pivert pour faire le leur. Mais étant sans doute un peu plus sensés que certains hystériques des fora, ils ont confiés au plus qualifié d'entre eux le soin de répondre à l'article d'IDS. 



Comme si Mgr Lefebvre n'était pas à mille lieues au-dessus de ces bassesses ? 2e-36c4a26.gif 
Vous la voulez ou pas cette réfutation, il faudrait savoir !!!



C'est incroyable que les résistants, (des gens sérieux ?) se soient laissés guider si longtemps par cet espèce de gourou, mais c'est ainsi... et ça continue, il faut croire. clown1.gif 

On aimerait connaître les sources de Lucile: d'où tient elle que les résistants se soient faits guidés par IDS ? Notre critique fait elle elle même partie des gens sérieux ? 

Soitdit en passant pour certains intervenants du forum, le livre Quel droit pour la Tradition catholique est signé de l'abbé Pivert et non Rioult !:
Comme les collaborateurs de l'abbé Pivert j'ai cessé de le suivre vers la sortie que marquait la parution de l' ouvrage signé de l'abbé Rioult, [Gentiloup ici]


Nous souhaiterions donc que Gentiloup cesse de faire feu de tout bois pour attaquer les prêtres qui n'ont pas le bonheur de penser comme elle ! ...


Nous vous invitons également à lire: Le ridicule ne tue plus
et la discussion sur le forum Christus Vincit

Lien vers le communiqué de l'abbé Chazal